A l'heure où l'épidémie de grippe sévit partout en France, il semble utile de rappeler l'utilité de la vaccination, en particulier pour les personnes insuffisantes rénales chroniques, dont le système immunitaire est affecté.

La vaccination reste un des plus grands progrès de la médecine préventive moderne. Au siècle dernier, elle a ainsi pu mettre fin à plusieurs pandémies particulièrement mortelles (la variole a tué plus de 300 millions de personnes, soit 3 fois plus que toutes les guerres du XXe siècle).

Particulièrement sensible à ce sujet, France Rein a rejoint ces derniers mois le groupe AVNIR (Associations VacciNation Immunodéprimées Réalité). Créé en 2013 à l’initiative de 12 associations de patients, ce groupe de réflexion représente les personnes immunodéprimées et les personnes à risque d’infection en raison de leur maladie ou de leur traitement. L’objectif de ce groupe est de réfléchir à la problématique spécifique de la vaccination de ces adultes à risque d’infection et d’élaborer des actions afin de répondre à leurs besoins et attentes.

La vaccination des personnes immuno-déprimées

A l’instar de toutes les populations immunodéprimées, les personnes en insuffisance rénale chronique, ont une susceptibilité plus grande aux infections virales. Heureusement, une partie des complications qui découlent de ces infections peuvent être efficacement prévenues par une vaccination de routine. Les vaccinations doivent être envisagées dès la progression de l’insuffisance rénale chronique, afin d’améliorer la réponse immunitaire, qui régresse avec l’aggravation de l’insuffisance rénale.

Voici les recommandations actuelles :

Pour les patients dialysés et/ou en attente de greffe : il est important de mettre à jour l'ensemble des vaccinations. Les vaccins inactivés recommandés sont : diphtérie, tétanos, polio, grippe, pneumocoque, hépatites A et B, méningocoque C. Il est également possible d’injecter des vaccins vivants atténués : rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, fièvre jaune sont possibles, sauf en cas de traitement immunosuppresseur.

Après la greffe : les vaccins recommandés doivent être effectués après un délai d’au moins 6 mois. Les vaccins vivants atténués (rougeole, oreillons, rubéole, varicelle, fièvre jaune) sont définitivement contre-indiqués (mais la majeure partie de ces vaccins ont déjà été faits dans l’enfance et les vaccins vivants atténués ont une efficacité à vie).

Vaccin contre la grippe : pensez-y !

Le vaccin contre la grippe est recommandé tous les ans tant chez les dialysés que chez les greffés rénaux. Pour avoir une efficacité optimale, il doit être fait entre octobre et mi-novembre, afin d'éviter des complications (pneumonie, hospitalisation, voire décès). Il s'agit d'un vaccin inactivé, sûr, qui induit une réponse maximale deux à trois semaines après son injection et qui dure pendant six à douze mois. Même si son efficacité n’est pas de 100 %, il permet selon les spécialistes de protéger contre les formes les plus graves du virus.

(Retrouvez l'article complet sur la vaccination dans le magazine Lignes de Vie n°152. Pour vous abonner, cliquez ici.)

Inscription
Newsletter