PLFSS : innovations et modalités de rémunération des maladies chroniques

PLFSS 2019 : France Rein affirme sa position sur les innovations et modalités de rémunération des acteurs du système de santé dans le domaine des maladies rénales chroniques.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 s’inscrit dans la trajectoire des finances publiques présentée dans le cadre de la loi de programmation des finances publiques adoptée l’année dernière. Il prévoit un retour à l’équilibre de la sécurité sociale (régime de base et fonds de solidarité vieillesse) après18 années de déficit. Pour l’IRC, le PLFSS propose l’innovation dans la prise en charge, et une rémunération adaptée à la maladie chronique.
 

L’innovation : soins de proximité et investissements

France Rein salue en premier lieu la réforme de l’organisation et de la tarification des soins, et l’investissement dans le système de santé, avec un taux de progression de l’Objectif national des dépenses d'Assurance maladie (Ondam) de 2,5 % (2,3 % en 2018). Les moyens supplémentaires dégagés seront notamment consacrés à la mise en place dès 2019 de mesures structurantes pour les soins de proximité, mesure facilitante pour le suivi des maladies chroniques, et l’émergence de processus innovants de suivi des patients.
 

Modalités de rémunération modifiées pour l’IRC

Par ailleurs les modalités de rémunération vont être diversifiées pour encourager plus activement la qualité, le suivi préventif sur le long terme et la pertinence des soins. Des financements au forfait seront créés dès 2019 pour deux pathologies chroniques : le diabète et l'insuffisance rénale chronique, forfaits conçus pour inciter les professionnels et les structures à développer les actions de prévention, d’éducation du patient et à assurer la fonction de coordination des soins nécessaires à une prise en charge de qualité. Ce mécanisme de financement sera élargi dès 2020 à d’autres pathologies et "la démarche concernera par la suite la ville et les coordinations ville-hôpital".

Dans ce cadre, France Rein a été sollicitée afin de rendre un avis concernant le financement et le contenu du suivi de l’insuffisance chronique. Michel Viguet, Vice président et directeur général et Cécile Vandevivère, directrice de la communication et des relations extérieures ont donc été reçus afin de représenter l’intérêt des patients qu’ils ont défendu dans le sens d’une prise en charge globale, transversale et pluridisciplinaire de la prévention à toutes les solutions de suppléance.

France Rein se réjouit de la prise en compte de la spécificité de la maladie chronique à travers ce mode de financement et espère que cela favorisera durablement la transversalité des collaborations, et la prise en compte globale de la maladie rénale dès la pré-suppléance.

Inscription
Newsletter