25/06/18 - France Rein réclame une harmonisation de l’accès à la liste d’attente de greffe

France Rein réclame une harmonisation de l’accès à la liste d’attente de greffe pour une meilleure équité

Paris, le 25/06/18

Dans le cadre de la journée nationale du don d’organe et d’une actualité bousculée concernant les inégalités d’accès à la greffe, et suite à l’étude CKD Rein, France Rein affirme la nécessité d’harmoniser l’accès à la liste d’attente de greffes.

La journée nationale du don est l’occasion de se poser des questions concernant la transplantation mais plus globalement, des enjeux de la prise en charge de l’insuffisance rénale chronique.

Maladie silencieuse, mal connue et dans plus de la moitié des cas, secondaire à une autre pathologie, l’insuffisance rénale chronique est très invalidante et coûte très cher à la collectivité : coût annuel de la dialyse de plus de 50 000€ par an et par patient auxquels s’ajoutent les coûts associés tels transport, traitements, pension d’invalidité...

Considérer la pathologie dans son ensemble, dès le premier diagnostic

Le parcours de patient de la moitié des insuffisants rénaux commence par une autre pathologie (hypertension, diabète, dyslipidémie), pour lesquels la prévention a été insuffisante concernant l’impact de leur maladie sur l’activité rénale. France Rein milite pour un dépistage précoce et un accompagnement des malades afin de retarder le plus possible les traitements de suppléance, invalidant et coûteux.

Cet accompagnement doit être la première étape de réflexion sur la maladie du patient et à laquelle il doit être associé pleinement : choix et modalités des traitements de suppléance, inscription en liste d’attente de greffe… A ce titre, le respect des critères d’inscription en liste d’attente édités par l’HAS en 2015 est primordial, il garantit l’égalité de traitement des malades face à la greffe.

En effet, actuellement l’inéquité d’accès à la greffe, tient essentiellement dans l’inégalité des temps d’attente de greffe qui peuvent aller de 0 (en cas de greffe préemptive non précédée d’épisode de dialyse) à plusieurs années. Tous les patients n’étant pas éligibles à la greffe, l’inscription en liste d’attente de greffe est fonction de l’état de santé du patient. Or les critères médicaux de la Haute Autorité de Santé ne sont pas toujours respectés, perturbant une égalité d’inscription sur cette liste. L’objectif étant d’inscrire les patients le plus tôt possible, et dès que leur état le permet afin de réduire au maximum le temps global en dialyse.

Renforcer l’implication des établissements en faveur de la greffe (prélèvement et transplant)

Si les règles de répartition des greffons peuvent parfois sembler injustes au regard des temps d’attente toujours trop longs des patients, elles sont pourtant les mêmes pour tous et sont en cela une garantie pour les malades. Il faut rappeler, que le greffon « sanctuarisé » est attribué selon les mêmes critères que le greffon « national ». Cette règle d’attribution permet d’inciter fortement les établissements à relever le défi organisationnel et financier pour s’impliquer dans la greffe mais aussi dans le prélèvement. L’implication des professionnels est un enjeu majeur dans la réussite de l’organisation du système lourd et complexe de la greffe et du prélèvement.

Des améliorations progressives et accompagnées

Il est nécessaire de développer une politique plus globale autour de l’insuffisance rénale chronique, allant de la prévention à la greffe (du prélèvement à la greffe), et au-delà, en améliorant notamment la transversalité entre professionnels spécialistes.

Par ailleurs, une amélioration des règles d’attribution des greffons est possible et souhaitable, mais elle devra être faite sur le long terme et accompagnée afin de continuer à motiver les professionnels du prélèvement et de la greffe, et également de veiller à l’équilibre des places de dialyse en régions au regard de l’activité de la greffe.



France Rein est une association loi 1901, reconnue d’utilité publique, qui représente les 80 000 personnes dialysées et greffées du rein. Afin d’améliorer la qualité de la vie et des soins des personnes souffrant d’insuffisance rénale l’association travaille à prévenir l’évolution de la maladie rénale par l’information, le dépistage et la recherche, influencer les pouvoirs publics dans la définition des politiques de santé et améliorer la qualité de vie et de traitement des patients. France Rein déploie ses actions dans toute la France, à travers son réseau solidaire d’associations régionales animées par plus d’un millier de bénévoles et représentants élus.

Contact presse : Cécile Vandevivère / c.vandevivere@francerein.org / 06 24 09 23 07

Lire sur CamameoLire en ligne